« Un champ des possibles infini » ? La place de l’outil technologique dans la littérature numérique contemporaine 

Journée d’étude. Université de Rouen – Campus de Mont-Saint-Aignan
14 décembre 2018

Comité d’organisation : Sandra Provini, Mélanie Lucciano, Tony Gheeraert

Comité scientifique : Marcello Vitali-Rosati, Sandra Provini, Mélanie Lucciano, Tony Gheeraert, Françoise Simonet-Tenant, Anne-Laure Tissut, Gaëlle Théval, Hubert Heckmann, Sandra Gondouin (?)

Argument

Depuis maintenant plusieurs décennies, la rencontre de la littérature avec les sciences informatiques a induit des bouleversements qui dépassent la simple question de la « numérisation » des livres : les possibilités offertes par les nouvelles technologies, et en particulier l’intégration du texte à des univers d’images et de sons, ont provoqué la naissance d’œuvres « nativement numériques », et suscité de nouvelles pratiques de création. Fiction interactive, hyperfiction, transmedia storytelling, autant de formes émergentes d’une cyberlittérature dont on commence seulement à explorer les infinies possibilités.

Cette journée de séminaire du master 2 « Humanités numériques » s’intéressera en particulier aux enjeux que pose l’usage des techniques actuelles en termes de création. En renonçant au papier, les écrivains numériques ont acquis une souveraine liberté ; leurs œuvres, libérées des entraves de l’imprimerie, s’affranchissent du statisme du papier, jusqu’à devenir sur l’écran des unités mouvantes en constante métamorphose[1]. En apparence dégagées de toute entrave matérielle, exonérées de la linéarité, jouant de toutes les ressources de l’hypertextualité, de la disposition graphique, et de l’interactivité, de telles œuvres  semblent n’avoir pour limite que l’imagination des auteurs.

Cet indéterminisme apparent n’est-il pas pour autant tributaire d’autres contraintes qui, si elles diffèrent de celles imposées par la galaxie Gutenberg, n’en imposent pas moins aux œuvres leurs propres exigences ? D’abord, celle d’une « page-écran » étroitement dépendante du support de visionnage ; ensuite, celle d’une technique à évolution rapide qui accélère leur obsolescence et rend délicat leur archivage ; enfin, celle des outils mêmes auxquelles elles recourent : programmation, webdesign, algorithmes, s’ils soutiennent le geste créateur et autorisent les plus audacieuses expériences verbales, sonores et visuelles, n’en représentent pas moins d’autres cadres au sein desquels la création doit prendre place. Et l’on connaît le rôle ambigu joué par les contraintes dans les processus créateurs – féconde provocation à l’écriture, ou insupportable carcan.

« Toute ma vie, j’ai cru avoir devant moi un champ des possibles infini », écrit Serge Bouchardon au seuil de Déprise (2010) : nous croyons entendre des résonances métatextuelles dans ce propos. N’est-ce pas en effet la vertigineuse liberté expérimentale revendiquée par l’écrivain numérique qui se révèle aussi, in fine, une illusion?

Nous tenterons de nous demander au cours de cette journée comment les œuvres numériques résultent d’interactions inédites entre les outils d’aujourd’hui et les projets des écrivains, de façon à mettre en évidence les modalités nouvelles de la  « forme-sens » à l’heure du numérique. Du traitement de texte à Twine ou Scrivener, du  détournement d’outils existants comme Twitter au développement dédié, de Flash à  Html5, les solutions sont nombreuses et variées, et surtout elles ne peuvent manquer d’entraîner un impact sur les formes et les mécaniques d’écriture. Ce sont ces influences de la technique sur la littérature, et leurs rétroactions éventuelles, sur lesquelles nous nous proposons de faire porter notre questionnement.


Programme

9h00 :        Accueil des participants

9h30 :        Ouverture

Session 1, Présidence : Anne-Laure Tissut

9h45 :        Déprise, performance par Serge Bouchardon (université de technologie de Compiègne)

10h00  :     Serge Bouchardon, “Littérature numérique : vers une gestualité spécifique au numérique   ?”

10h45-11h00 : Pause

11h00 :      Emmanuel Cyriaque (Editions Hyx), L’édition Post-digital: hypothèses et conjectures.

11h45 :      Alexandra Saemmer (université Paris VIII – Vincennes – Saint-Denis), « La littérature informatique est-elle un art du dispositif  numérique ? »

12h30-14h : Déjeuner (Maison de l’université)

Session 2. Présidence : Sandra Gondouin

14h :          Gaëlle Théval (université de Rouen Normandie) : « de la performance au réseaux sociaux : poétique des supports, poétique des réseaux »

14h45  :     Sandra Provini (université de Rouen Normandie), ?

15h30-15h45 : Pause

15h45 :      Peppe Cavallari (Hautes Études en Technologies de l’Information et de la Communication, Montreuil, Montreuil), « L’infra-ordinaire numérique : pour une poétique des notifications ».14

16h30 :      Oanez Helary (université de Rennes-II), « Du play-by-post role-playing game sur forums à la littérature à contrainte ».

17h15 : Clôture14


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.