A propos de ce carnet

Mis en avant

Conférences orphelines, propos de séminaires, réflexions ébauchées, essais vagabonds… Ce carnet de travail est destiné à accueillir des travaux qui, sans être forcément “publiables” en revue, peuvent néanmoins présenter un intérêt: les points de synthèse y côtoient des hypothèses plus hasardeuses voire échevelées. Ces pages portent pour l’essentiel sur la littérature française du XVIIe siècle, mais je ne m’interdis pas quelques excursus dans des territoires plus exotiques encore.

Les internautes qui verraient un intérêt à l’une ou l’autre de ces tentatives, et qui souhaiteraient me contacter, sont bien sûr très cordialement invité(e)s à m’écrire à mon adresse universitaire: tony.gheeraert@univ-rouen.fr

Tony Gheeraert
Professeur de littérature française du XVIIe siècle à l’université de Rouen
Centre de recherches Editer-Interpréter (Cérédi)

ISSN 2650-2704

Narcisse et les licornes. Magie noire et amour-propre dans l’Astrée

Conférence prononcée le 15 février 2019 à l’université de Bourgogne, dans le cadre d’une journée d’étude organisée par Mme Laurence Giavarini.

Diaporama d’accompagnement à télécharger

Je tiens à beaucoup remercier Laurence Giavarini de son invitation. J’en suis d’autant plus touché que je ne saurais me considérer comme un spécialiste de l’Astrée. J’ai découvert ce roman à l’occasion d’un cours que je donnais en Deuxième Année à Rouen au début des années 2000. L’ouvrage d’Honoré d’Urfé me surprit à tous égards: loin d’y découvrir seulement de fades histoires d’amour, j’y trouvai de la philosophie, de la politique, de l’histoire, et de la religion, toute une somme du savoir, de la pensée, et de la sensibilité d’une époque, en cet automne de la Renaissance que, pour reprendre une formule de Michel Foucault, “à tort ou à raison on appelle baroque”. Je fus surpris d’y trouver aussi ce qu’on appelle aujourd’hui du merveilleux, c’est-à-dire des éléments qui relèvent du surnaturel : magie, démons, oracles, animaux fabuleux… et bien sûr la fontaine de la vérité d’amour, qui avait fait l’objet d’une étude magistrale d’Eglal Henein en 19991. Je souhaiterais aujourd’hui poursuivre cette enquête sur la fontaine, qui nous cache encore bien des mystères. Je m’intéresserai en particulier aux animaux fabuleux qui en ont la garde : deux lions et deux licornes enchantés empêchent en effet l’accès à la fontaine pendant toute la durée du roman tel que l’a écrit d’Urfé. Continuer la lecture

  1. Eglal Henein, La Fontaine de la vérité d’amour, ou les promesses du bonheur dans L’Astrée d’Honoré d’Urfé, Klincksieck, 1999 []

“Ce sont proprement des mémoires”: la Princesse de Clèves entre roman et histoire

Texte d’une conférence présentée à l’université d’Amiens, le 10 janvier 2019, dans le cadre d’une journée destinée aux élèves de Première Supérieure, organisée par Véronique Dominguez (université de Picardie-Jules-Verne) et Olivier Jouslin (lycée Thuillier d’Amiens)

La conférence était accompagnée d’un diaporama, disponible ici.
____________________________________________________________________

 

La Princesse de Clèves est-elle un roman ? La réponse ne fait pas de doute pour un lecteur du XXIe siècle. [Diapo 1] La récente réédition du texte de Mme de Lafayette dans la prestigieuse et emblématique collection Blanche de Gallimard, fût-il assorti d’illustrations de Christian Lacroix1, plaide aisément en faveur de cette inscription générique : la Princesse de Clèves  trouve ainsi place dans la même grande famille où figurent La Recherche du temps perdu, Les Faux-Monnayeurs et La Condition humaine. Le livre de Madame de Lafayette se trouve ainsi érigé en grand ancêtre d’un certain roman français, en figure tutélaire du roman d’analyse – un “roman pur”, disait André Gide, “merveille de tact et de goût”(( Journal des Faux-Monnayeurs, 1er novembre 1922, Gallimard, L’Imaginaire, p. 64-66)). Continuer la lecture

  1. Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves, illustrations de Christian Lacroix, Paris, Gallimard, coll. Blanche, 2018 []

« Un champ des possibles infini » ? La place de l’outil technologique dans la littérature numérique contemporaine 

Journée d’étude. Université de Rouen – Campus de Mont-Saint-Aignan
14 décembre 2018

Comité d’organisation : Sandra Provini, Mélanie Lucciano, Tony Gheeraert

Comité scientifique : Marcello Vitali-Rosati, Sandra Provini, Mélanie Lucciano, Tony Gheeraert, Françoise Simonet-Tenant, Anne-Laure Tissut, Gaëlle Théval, Hubert Heckmann, Sandra Gondouin (?)

Argument

Depuis maintenant plusieurs décennies, la rencontre de la littérature avec les sciences informatiques a induit des bouleversements qui dépassent la simple question de la « numérisation » des livres : les possibilités offertes par les nouvelles technologies, et en particulier l’intégration du texte à des univers d’images et de sons, ont provoqué la naissance d’œuvres « nativement numériques », et suscité de nouvelles pratiques de création. Fiction interactive, hyperfiction, transmedia storytelling, autant de formes émergentes d’une cyberlittérature dont on commence seulement à explorer les infinies possibilités. Continuer la lecture

“Par la grâce habités”: le chant du Saint-Esprit dans Esther et Athalie

Texte d’une conférence prononcée dans le cadre d’une conférence prononcée à l’Ecole normale supérieure, en février 2018, dans le cadre d’une journée d’Agrégation organisée par Laurence Plazenet et Constance Cagnat. Elle était accompagnée d’un diaporame téléchargeable ci-dessous.

Le Chant du Saint-Esprit – Diaporama à télécharger

__________________________

Racine, si respectueux du texte de la Bible, a décidé de situer l’action d’Athalie le jour d’une fête juive, la fête de la Pentecôte. Il convient dans sa préface que rien ne l’y engageait: Continuer la lecture

Alchimie du texte ou profanation de l’oeuvre? La génétique textuelle à l’épreuve du numérique

28 février – 1 mars 2018
Journée organisée dans le cadre du master Humanités numériques de l’université de Rouen (Faculté des Lettres et Sciences humaines), avec le soutien du CEREdI et la collaboration de l’IRIHS.

Si, dans le champ des études littéraires, il est un domaine où les outils numériques ont fait la preuve de leur fécondité, c’est bien celui de la « génétique des textes ». Cette discipline, inventée dans les années 1970, se donne pour tâche de mieux comprendre l’élaboration des œuvres à partir de leurs textes préparatoires. Elle porte son attention sur des corpus jusque-là négligés (brouillons, manuscrits, carnets de travail, traces de toute sorte laissées par les écrivains), de façon à saisir au plus près le processus même de la création. Continuer la lecture

« Une chose de roman » ? La Princesse de Montpensier, fiction en trompe-l’oeil

Texte d’une conférence prononcée en novembre 2017 au rectorat de Rouen, au cours d’une journée consacrée à La Princesse de Montpensier de Madame de Lafayette et destinée aux enseignants de Terminale L. Le diaporama d’accompagnement diffusé ce jour-là est proposé en téléchargement ci-dessous.

La Princesse de Montpensier – une chose de roman: diaporama à télécharger

_________________________________________

La scène de la barque[1], disposée au cœur de la nouvelle, est assurément l’une des plus évocatoires de La Princesse de Montpensier. On se souvient des circonstances de cet épisode : le duc d’Anjou et le duc de Guise, pendant une tournée d’inspection destinée à contrôler des fortifications, rencontrent par hasard, en pleine campagne, une fort « belle personne », dans une barque au milieu d’une rivière, belle comme une fée. Continuer la lecture

Le poison et le remède. Naissance de la théorie du roman au XVIIe siècle

Le présent essai est ici d’un séminaire destiné aux étudiants du master Lettres de l’université de Rouen-Normandie (rédigé en 2017)

__________________________________________

Longtemps, les histoires littéraires, promptes à voir dans le XVIIe siècle l’âge d’or du théâtre, ont négligé la production romanesque de la période. La manuel de Lagarde et Michard accordait bien un chapitre élogieux à la Princesse de Clèves, mais pour mieux expédier le reste de la production en quelques pages consacrées aux “extravagances de la préciosité”. Michel Raimond dans son essai sur Le Roman (( Michel Raimond, Armand Colin, coll. Cursus, 1988, p. 18)), estime avec justesse que le roman, à l’époque moderne, est un genre “parvenu” et “aventurier”, que les critiques ne voient qu’avec “condescendance”. Genre sans lois, genre méprisé, il ne prit son envol qu’à partir de la Nouvelle Héloïse, estime encore le critique. Continuer la lecture

Le chemin des merveilles : habilitation à diriger des recherches

On trouvera ici plusieurs pièces du dossier soutenu en Sorbonne, salle des actes, en juillet 2016, en vue de l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches. Le jury était composé de Claudine Poulouin (présidente), Béatrice Guion, Laurence Plazenet, Gérard Ferreyrolles (garant), et Laurent Thirouin.

  • Le chemin des merveilles  : document de synthèse – PDF
  • L’ombre et l’éclat : essai sur la princesse de Clèves: PDF
  • Recueil de travaux, première partie – PDF (p. 1-244)
  • Recueil de travaux, deuxième partie – PDF (p. 325-521)
  • Recueil de travaux, troisième partie – PDF (p. 245-324)

Continuer la lecture

De la science des données à la pédagogie intelligente

Conclusion de la journée “Initiatives 2015 – Normes et standards pour les ressources numériques éducatives” (26 juin 2015 – CESI de Mont-Saint-Aignan). Ce discours a été prononcé dans le cadre de mes fonctions de vice-président délégué au numérique.

_____________________________________

« A quoi bon? »

Telle avait été la réaction d’un développeur de la core-team, vers le milieu des années 2000, après que j’ai conçu et proposé à la communauté SPIP le plugin Dublin Core.

« A quoi bon? »

La pertinence d’un tel outil était pour moi évidente: il s’agissait faciliter le signalement et le moissonnage des articles publiés, en recourant à un schéma descriptif à la fois souple et facilement intégrable aux pages html, mais qui offrait en même temps un niveau suffisant de structuration et de formalisation. Continuer la lecture

L’université numérique : une menace fantôme  ?

Conférence prononcée en ouverture d’une journée de sensibilisation aux TICE, alors que j’exerçais les fonctions de vice-président délégué au numérique de l’université de Rouen (janvier 2014)

_____________________________________________

Hier, 16 janvier 2014, le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, via son opérateur FUN, lançait ses premiers MOOCs. Même si mon objet n’est pas ici de traiter directement et exclusivement de la question des « cours ouverts massifs et en ligne », le choix de la date fixée pour la présente journée n’est pas tout à fait une coïncidence. Continuer la lecture

Les Histoires ou contes du temps passé de Charles Perrault (1697). De la boutade à la méprise

Cette conférence fut prononcé en mars 2013, lors d’un colloque intitulé “Poétique des genres aux origines obscurs”, organisé par Hubert Heckmann (université de Rouen-Normandie) et moi-même, à l’université de Rouen. La conférence était accompagnée d’un diaporama téléchargeable ci-dessous.

Diaporama à télécharger

________________________

En janvier 1697[1], un curieux petit ouvrage in-12° intitulé Histoires ou contes du temps passé voit le jour chez Barbin[i]. Le livre est signé, dans sa préface, par « Pierre Darmancour », fils de Charles Perrault[ii] ; mais beaucoup, dès cette époque, tiennent que la main de l’Académicien a guidé la plume de son fils, alors âgé de dix-huit ans[2]. L’opuscule, profitant de la mode des contes de fées qui marque la dernière décennie des années 1690[3], connaît un succès immédiat : deux tirages sont aussitôt nécessaires, des éditions pirates voient le jour aux Pays-Bas[4], et les Contes ne tarderont pas à figurer en bonne place, après la mort de Perrault en 1703, dans les éditions de colportage qui lui assureront une immense diffusion[iii]. Continuer la lecture

Rencontre avec Paul Fournel autour de La Liseuse

J’ai eu la chance et l’honneur de présenter La Liseuse de Paul Fournel, lors d’une rencontre qui s’est tenue le 6 juillet 2012 au château de Miromesnil, lors du festival Terres de parole, en présence de l’auteur. Didier Flamand a lu ce jour-là de larges extraits du roman. 

_________________________________

Comment présenter Paul Fournel? Dirais-je qu’il est président de l’Ouvroir de littérature potentielle (Oulipo), fondée par Raymond Queneau, dont il nous rappelle au passage dans La Liseuse les origines normandes?

Dirais-je qu’il est régent du collège de Pataphysique, désocculté depuis quelques années?  Continuer la lecture