A propos de ce carnet

Conférences orphelines, propos de séminaires, réflexions ébauchées, essais vagabonds… Ce carnet de travail est destiné à accueillir des travaux qui, sans être forcément « publiables » en revue, peuvent néanmoins présenter un intérêt: les points de synthèse y côtoient des hypothèses plus hasardeuses voire échevelées. Ces pages portent pour l’essentiel sur la littérature française du XVIIe siècle, mais je ne m’interdis pas quelques excursus dans des territoires plus exotiques encore.

Les internautes qui verraient un intérêt à l’une ou l’autre de ces tentatives, et qui souhaiteraient me contacter, sont bien sûr très cordialement invité(e)s à m’écrire à mon adresse universitaire: tony.gheeraert@univ-rouen.fr

Tony Gheeraert
Professeur de littérature française du XVIIe siècle à l’université de Rouen
Centre de recherches Editer-Interpréter (Cérédi)

ISSN 2650-2704

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’âge d’or de la satire en France et en Angleterre (XVIIe-XVIIIe siècles)

Journée d’étude en ligne organisée par l’université de Rouen Normandie le 10 décembre 2020

Organisateurs: Laurence Macé, Marc Martinez, Tony Gheeraert

La journée était proposée dans le cadres des Agrégations d’anglais et de lettres, avec le soutien des laboratoires ERIAC et CEREdI. Elle s’est tenue le 10 décembre 2020, en direct sur Youtube, avec possibilité d’intervention avec les orateurs par chat. Elle restera disponible quelque temps en différé.

Argument

La première modernité en Europe fut un âge d’or de la satire : l’époque dite “classique” en France, marquée par Boileau, et “néo-classique” en Angleterre, avec Dryden puis Pope, produisit les grands chefs-d’œuvre de la satire régulière en vers (formal satire) inspirée par les maîtres antiques, Horace, Perse et Juvénal. Mais au triomphe succéda la disgrâce : la virulence, les attaques ad hominem, la stérilité présumée de satires vite considérées comme de simples libelles, provoquèrent le déclin du genre satirique, sans que s’éteignît pourtant le mode satirique, susceptible de contaminer toutes les formes. Si, au XVIIIe siècle en France, Voltaire s’imposa comme le maître absolu dans ce registre, l’Angleterre ne fut pas en reste : outre-Manche, la peinture au vitriol des Yahoos, par Jonathan Swift, prolonge avec brio la veine anti-humaniste habituelle dans la satire, et atteste de vraies continuités par-delà les différences génériques, les périodes historiques, et l’éclatement géographique.

C’est cette histoire de vie, mort et métamorphose de la satire sur laquelle nous nous proposons de nous pencher, en marge des programmes d’Agrégation 2021 de Lettres (Boileau, Satires ; Voltaire, Zadig, Candide, l’Ingénu) et d’Anglais (Jonathan Swift, Gulliver’s travels)

Bibliographie  : Sophie Duval, Marc Martinez, La Satire, Armand Colin, coll. U, 2000.

Carnet en ligne: boileau.hypotheses.org

Programme

09h00 : Accueil

La pression des modèles antiques

Présidence : Xavier Bonnier, Université de Rouen Normandie

09h15 : Mélanie Lucciano (université de Rouen Normandie), « Socrate et les satiristes latins »

09h55 : Isabelle Gassino (université de Rouen Normandie), « La satire dans l’Antiquité: l’exemple de Lucien de Samosate »

10h35 : Pause

L’âge d’or de la satire (1)

Présidence : Laurence Plazenet, université Clermont Auvergne

10h50 : Clémentine Bénard (ERIAC), « La satire chez John Donne »

11h30 : Pascal Debailly (université Paris Diderot – Paris VII), « Boileau et la satire noble »

12h15 : Déjeuner

L’âge d’or de la satire (2)

Présidence : Pascal Debailly, université Paris Diderot – Paris VII

13h45 : Tony Gheeraert (université de Rouen Normandie), « Boileau, dernier fou du roi »

14h25 : Laurence Plazenet (université Clermont Auvergne),    « Moquerie et morsure: Racine satirique »

15h05 : Pause

De l’épuisement d’un genre au triomphe d’un registre

Présidence : Anne Besnault, Université de Rouen Normandie

15h20 : Marc Martinez (université de Rouen Normandie),  « Poétique de la satire : Gulliver’s Travels et les théories anglo-saxonnes »

16h00 : Laurence Macé (université de Rouen Normandie), « La satire chez Voltaire »

16h40 : Pause

17h00 : Melissa Richard (université de Rouen Normandie), « La satire chez Swift »

17h30  : Conclusions et clôture de la journée

Le serpent, la spirale et le papillon. Temps et vision tragique dans la première saison de Life is Strange (DontNod, 2015)

Le serpent, la spirale et le papillon. Temps et vision tragique dans la première saison de Life is Strange (DontNod, 2015). Communication prononcée à Rouen, le 8 novembre 2019, lors du colloque Lusor in Fabula.

Diaporama d’accompagnement : 2019 – 08 – 24 – Life Is Strange Rouen – diaporama.

Texte intégral à retrouver prochainement en ligne sur OpenEditions, dans les Cahiers de narratologie (numéro de fin 2020)

Lusor in fabula. Jeux vidéo et nouvelles frontières du récit

Colloque organisé avec le soutien du CÉRÉdI (EA 3229) et de l’ÉRIAC (EA 4705), et en partenariat avec le master « Humanités numériques » de l’université de Rouen-Normandie

Comité organisateur :
Laura Goudet (ÉRIAC, université de Rouen-Normandie),
Tony Gheeraert (CÉRÉdI, université de Rouen-Normandie)

Comité scientifique :
Laura Goudet, Mélanie Lucciano (université de Rouen-Normandie),
Sandra Provini (université de Rouen-Normandie), Tony Gheeraert,
Aymeric Hays-Narbonne (École Émile Cohl, Lyon), Gérard Milhe Poutingon
(université de Rouen-Normandie), Marcello Vitali-Rosati (université de
Montréal)

Informations: www.melancholia.fr/lusorinfabula
Programme à télécharger: Programme-Lusor-in-fabula


Contexte : une querelle vieille de vingt ans

En 1999, Gonzalo Frasca avait provoqué quelque émoi parmi les spécialistes du jeu vidéo, en formalisant un clivage devenu fameux entre “ludologues” et “narratologues”. Un vif débat s’en était suivi, opposant d’une part les tenants de la narration comme constitutive du genre, et d’autre part les partisans de l’interactivité, pour qui scénario et personnages n’étaient que des accrétions superflues et étrangères à l’essence des oeuvres vidéoludiques.

Continuer la lecture de Lusor in fabula. Jeux vidéo et nouvelles frontières du récit

“Nous courons sans souci dans le précipice…” L’augustinisme classique, un “art de vivre par temps de catastrophe” ?

J’ai eu la chance, il y a quelques jours, d’être invité par M. Salah Hannachi et Dominique Martinet à participer aux Journées augustiniennes de Carthage. Le sujet de ces rencontres m’a contraint de sortir de ma zone de confort, et de m’interroger sur la pertinence, aujourd’hui, de la pensée de saint Augustin.
Je me suis donc demandé comment « l’augustinisme classique »  au sens large (celui de Bossuet et de Pascal, mais aussi celui de Montaigne, grand lecteur de La Cité de Dieu) pouvait nous aider à penser les défis de notre présent.

Continuer la lecture de “Nous courons sans souci dans le précipice…” L’augustinisme classique, un “art de vivre par temps de catastrophe” ?

Mourir en Arcadie. Pastorale, deuil et photographie dans Life is Strange (Dontnod, 2015)

La conférence ci-dessous a été prononcée lors du colloque, le jeu vidéo au carrefour de l’histoire, des arts et des médias, sous la direction de Cyril Devès, les 22 et 23 mars 2019 à l’école Emile Cohl de Lyon.

Le diaporama d’accompagnement est à télécharger ici


Continuer la lecture de Mourir en Arcadie. Pastorale, deuil et photographie dans Life is Strange (Dontnod, 2015)

Narcisse et les licornes. Magie noire et amour-propre dans l’Astrée

Conférence prononcée le 15 février 2019 à l’université de Bourgogne, dans le cadre d’une journée d’étude organisée par Mme Laurence Giavarini.

Diaporama d’accompagnement à télécharger

Je tiens à beaucoup remercier Laurence Giavarini de son invitation. J’en suis d’autant plus touché que je ne saurais me considérer comme un spécialiste de l’Astrée. J’ai découvert ce roman à l’occasion d’un cours que je donnais en Deuxième Année à Rouen au début des années 2000. L’ouvrage d’Honoré d’Urfé me surprit à tous égards: loin d’y découvrir seulement de fades histoires d’amour, j’y trouvai de la philosophie, de la politique, de l’histoire, et de la religion, toute une somme du savoir, de la pensée, et de la sensibilité d’une époque, en cet automne de la Renaissance que, pour reprendre une formule de Michel Foucault, “à tort ou à raison on appelle baroque”. Je fus surpris d’y trouver aussi ce qu’on appelle aujourd’hui du merveilleux, c’est-à-dire des éléments qui relèvent du surnaturel : magie, démons, oracles, animaux fabuleux… et bien sûr la fontaine de la vérité d’amour, qui avait fait l’objet d’une étude magistrale d’Eglal Henein en 19991. Je souhaiterais aujourd’hui poursuivre cette enquête sur la fontaine, qui nous cache encore bien des mystères. Je m’intéresserai en particulier aux animaux fabuleux qui en ont la garde : deux lions et deux licornes enchantés empêchent en effet l’accès à la fontaine pendant toute la durée du roman tel que l’a écrit d’Urfé. Continuer la lecture de Narcisse et les licornes. Magie noire et amour-propre dans l’Astrée

  1. Eglal Henein, La Fontaine de la vérité d’amour, ou les promesses du bonheur dans L’Astrée d’Honoré d’Urfé, Klincksieck, 1999 []

“Ce sont proprement des mémoires”: la Princesse de Clèves entre roman et histoire

Texte d’une conférence présentée à l’université d’Amiens, le 10 janvier 2019, dans le cadre d’une journée destinée aux élèves de Première Supérieure, organisée par Véronique Dominguez (université de Picardie-Jules-Verne) et Olivier Jouslin (lycée Thuillier d’Amiens)

La conférence était accompagnée d’un diaporama, disponible ici.
____________________________________________________________________

 

La Princesse de Clèves est-elle un roman ? La réponse ne fait pas de doute pour un lecteur du XXIe siècle. [Diapo 1] La récente réédition du texte de Mme de Lafayette dans la prestigieuse et emblématique collection Blanche de Gallimard, fût-il assorti d’illustrations de Christian Lacroix1, plaide aisément en faveur de cette inscription générique : la Princesse de Clèves  trouve ainsi place dans la même grande famille où figurent La Recherche du temps perdu, Les Faux-Monnayeurs et La Condition humaine. Le livre de Madame de Lafayette se trouve ainsi érigé en grand ancêtre d’un certain roman français, en figure tutélaire du roman d’analyse – un “roman pur”, disait André Gide, “merveille de tact et de goût”(( Journal des Faux-Monnayeurs, 1er novembre 1922, Gallimard, L’Imaginaire, p. 64-66)). Continuer la lecture de “Ce sont proprement des mémoires”: la Princesse de Clèves entre roman et histoire

  1. Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves, illustrations de Christian Lacroix, Paris, Gallimard, coll. Blanche, 2018 []

« Un champ des possibles infini » ? La place de l’outil technologique dans la littérature numérique contemporaine 

Journée d’étude. Université de Rouen – Campus de Mont-Saint-Aignan
14 décembre 2018

Comité d’organisation : Sandra Provini, Mélanie Lucciano, Tony Gheeraert

Comité scientifique : Marcello Vitali-Rosati, Sandra Provini, Mélanie Lucciano, Tony Gheeraert, Françoise Simonet-Tenant, Anne-Laure Tissut, Gaëlle Théval, Hubert Heckmann, Sandra Gondouin (?)

Argument

Depuis maintenant plusieurs décennies, la rencontre de la littérature avec les sciences informatiques a induit des bouleversements qui dépassent la simple question de la « numérisation » des livres : les possibilités offertes par les nouvelles technologies, et en particulier l’intégration du texte à des univers d’images et de sons, ont provoqué la naissance d’œuvres « nativement numériques », et suscité de nouvelles pratiques de création. Fiction interactive, hyperfiction, transmedia storytelling, autant de formes émergentes d’une cyberlittérature dont on commence seulement à explorer les infinies possibilités. Continuer la lecture de « Un champ des possibles infini » ? La place de l’outil technologique dans la littérature numérique contemporaine 

“Par la grâce habités”: le chant du Saint-Esprit dans Esther et Athalie

Conférence prononcée à l’Ecole normale supérieure, en février 2018, dans le cadre d’une journée d’Agrégation organisée par Laurence Plazenet et Constance Cagnat. Elle était accompagnée d’un diaporama téléchargeable ci-dessous.

Le Chant du Saint-Esprit – Diaporama à télécharger

__________________________

L’article est désormais publié dans les Cahiers Blaise Pascal, livraison d’automne 2020. Il reparaîtra ici dans un an, après le délai légal d’embargo.

Alchimie du texte ou profanation de l’oeuvre? La génétique textuelle à l’épreuve du numérique

28 février – 1 mars 2018
Journée organisée dans le cadre du master Humanités numériques de l’université de Rouen (Faculté des Lettres et Sciences humaines), avec le soutien du CEREdI et la collaboration de l’IRIHS.

Si, dans le champ des études littéraires, il est un domaine où les outils numériques ont fait la preuve de leur fécondité, c’est bien celui de la « génétique des textes ». Cette discipline, inventée dans les années 1970, se donne pour tâche de mieux comprendre l’élaboration des œuvres à partir de leurs textes préparatoires. Elle porte son attention sur des corpus jusque-là négligés (brouillons, manuscrits, carnets de travail, traces de toute sorte laissées par les écrivains), de façon à saisir au plus près le processus même de la création. Continuer la lecture de Alchimie du texte ou profanation de l’oeuvre? La génétique textuelle à l’épreuve du numérique

"Diversité, c'est ma devise"

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search