De la science des données à la pédagogie intelligente

Conclusion de la journée “Initiatives 2015 – Normes et standards pour les ressources numériques éducatives” (26 juin 2015 – CESI de Mont-Saint-Aignan).

_____________________________________

« A quoi bon? »

Telle avait été la réaction d’un développeur de la core-team, vers le milieu des années 2000, après que j’ai conçu et proposé à la communauté SPIP le plugin Dublin Core.

« A quoi bon? »

La pertinence d’un tel outil était pour moi évidente: il s’agissait faciliter le signalement et le moissonnage des articles publiés, en recourant à un schéma descriptif à la fois souple et facilement intégrable aux pages html, mais qui offrait en même temps un niveau suffisant de structuration et de formalisation. “A quoi bon?” Je fus impressionné par le ton péremptoire, et sur le coup je ne pus bafouiller qu’une réponse maladroite. Les forums de spip-contrib témoignent encore de ce débat qui n’eut pas lieu. Depuis, malgré tout, le plugin a tranquillement poursuivi son existence et bénéficie de mises à jour régulières.

“A quoi bon?”

Depuis, la question n’a cessé de me tarauder. Et la riposte cinglante, c’est vous tous, enfin, qui l’avez apportée aujourd’hui: non, décidément, la pédagogie ne saurait se soustraire aux enjeux et aux défis que représente l’internet des machines et du web sémantique.

« A quoi bon ? »

Il s’agit bien sûr, à travers le développement de normes et de standards, de conjurer la diversité, de faire face à la multiplication exponentielle de ressources produites en ordre dispersé sur des plates-formes différentes, de classer, ordonner, faciliter le repérage des contenus d’enseignement susceptibles de favoriser la réussite des apprenants, et de fournir des contenus validés aux formateurs. La structuration, si elle est réussie, fondée sur l’adoption de formats ouverts garantissant la transparence et l’interopérabilité, favorisera la partage, l’échange, la réutilisabilité des grains, et constituera ainsi un levier de la rénovation pédagogique en permettant de nouvelles façons pour les enseignants de collaborer par-delà les frontières – c’est, du point de vue dont je vous parle ce soir, la notion même de communauté universitaire qui se joue ici, par delà les frontières géographiques et disciplinaires. Des ressources non seulement interrogeables, mais faciles à partager et à réexploiter.

Que de chemin parcouru depuis la journée qu’avait consacrée l’Ensibb à l’indexation pédagogique en 2004 ! On s’interrogeait sur la pertinence d’un LOM, on éprouvait le besoin de présenter SCORM, et l’on ignorait aussi bien les données massives que le rôle des réseaux sociaux pour le data mining… On ne parlait pas de bookmarking ni de folksonomie, ni même de rich media. On était loin aussi d’envisager les techniques avancées pour marquer les documents multimédias, via la reconnaissance faciale ou le speech-to-text. L’indexation était avant tout l’affaire des documentalistes soucieux d’enrichir des catalogues.

Pourtant, si la collecte, l’étiquetage, et l’ordonnancement constituent toujours un premier point important justifiant une réflexion sur les standards, en vue d’une mutualisation des ressources, de ils ne sont pas les seuls, et, en fait, ils ne sont peut-être pas l’essentiel.

Le véritable enjeu, c’est la production de nouveaux savoirs. L’interconnexion massive des données enrichira la connaissance au point de devenir créatrice. Tel est ce qui se joue dans la « science des données » et le « Linked Data » est d’ordre cognitif, et l’on conçoit que la pédagogie ne puisse rester insensible à ces nouveaux questionnements. L’analyse automatisée des données d’apprentissage fournit un premier exemple, encore modeste, de cette  autonomie des outils susceptibles par exemple de suggérer à l’étudiant, sans intervention humaine, des parcours d’enseignement réellement adaptés à ses besoins, à ses lacunes, à ses objectifs. L’interconnexion entre un profil complexe d’apprenant, par exemple fondé sur une URI, et une masse des ressources pédagogiques ouvertes et structurées permet de construire un programme d’enseignement ciblé, individuel, et approprié. A coup sûr, le web sémantique transforme en profondeur un système de recommandations personnalisés qui ne saurait se cantonner aux simples exploitations commerciales du dispositif. D’autres phénomènes de créations de sens, plus étonnants, sont déjà en marche, comme la smart evaluation, ou plus généralement des systèmes de tutorat intelligent (ITS) susceptibles d’accompagner l’apprenant dans sa formation en analysant son activité pour lui fournir consignes et feedback, et capables ainsi de participer activement à la transmission des connaissances.

Cette « science du web » n’en est qu’à ses balbutiements. Son succès dépend bien sûr des progrès attendus de l’intelligence artificielle : mais les algorithmes de logique paracohérente seront de peu d’intérêt si les « agents » ne peuvent s’appuyer sur une masse de données finement architecturées pour y puiser précisément les contenus, les tests, les documents nécessaires à l’optimisation du parcours pédagogique. La formalisation de normes et de standards universels, interopérables et ouverts constituent la clef de voûte d’un édifice riche surtout, pour l’instant, de vertigineuses promesses.

L’auteur de contenus éducatifs (ci-devant « l’enseignant ») ne se soucie pas du dédale des formats. OWL, RDF, Sparql : autant de termes ésotériques dont le grand public devra toujours ignorer l’existence, mais qui seuls permettront cet échange massif de données dont dépendra l’avènement du web 3.0 et le renouvellement des façons d’enseigner. C’est dire l’importance cruciale que, toutes et tous, revêt la tâche ambitieuse qui vous occupe.

Au nom de l’université de Rouen, qui prend sa part dans ces travaux (je songe en particulier à l’indexation des nomenclatures médicales CISMEF de S. Darmoni), je ne peux donc que me réjouir de voir les intervenants d’aujourd’hui parcourir avec brio ces nouveaux territoires. Ne nous leurrons pas : la technicité apparente des communications portant sur la normalisation des processus de scénarisation ou les outils de learning-analytics, ouvre sur des questionnements qui sont d’ordre épistémologique et sociétal sur la nature même de la culture et de la science dans un monde en rapide évolution, et où les « machines » deviendront bien plus que des machines : toute une réflexion sur le rôle de l’être humain dans les processus de création et de transmission se trouvent ici mis en question. Que devient, en particulier, l’enseignant, dans ce « web des données »  sur lequel s’articuleront des outils producteurs de sens nouveaux ? Il ne disparaîtra pas, mais son rôle sera nécessairement bouleversé. Tel est à mon sens l’horizon des réflexions développées aujourd’hui. Au delà même du web des données, c’est le « web of meaning » qui constitue la prochaine étape, et dont il faut déjà envisager l’approche. Aux philosophes de prendre le relais et de s’emparer de ces problématiques en devenir, et qui concerne une révolution de la pensée tout entière.

J’adresse tous mes remerciements aux participants pour la rigueur de leurs contributions, et également aux organisateurs d’avoir tenu à associer l’université de Rouen dans ces débats dont l’importance est si cruciale pour l’évolution de la la pédagogie et de la recherche.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Tony Gheeraert (26 juin 2015). De la science des données à la pédagogie intelligente. Melancholia. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rcsx