“Ce sont proprement des mémoires”: la Princesse de Clèves entre roman et histoire

Texte d’une conférence présentée à l’université d’Amiens, le 10 janvier 2019, dans le cadre d’une journée destinée aux élèves de Première Supérieure, organisée par Véronique Dominguez (université de Picardie-Jules-Verne) et Olivier Jouslin (lycée Thuillier d’Amiens)

La conférence était accompagnée d’un diaporama, disponible ici.
____________________________________________________________________

 

La Princesse de Clèves est-elle un roman ? La réponse ne fait pas de doute pour un lecteur du XXIe siècle. [Diapo 1] La récente réédition du texte de Mme de Lafayette dans la prestigieuse et emblématique collection Blanche de Gallimard, fût-il assorti d’illustrations de Christian Lacroix1, plaide aisément en faveur de cette inscription générique : la Princesse de Clèves  trouve ainsi place dans la même grande famille où figurent La Recherche du temps perdu, Les Faux-Monnayeurs et La Condition humaine. Le livre de Madame de Lafayette se trouve ainsi érigé en grand ancêtre d’un certain roman français, en figure tutélaire du roman d’analyse – un “roman pur”, disait André Gide, “merveille de tact et de goût”(( Journal des Faux-Monnayeurs, 1er novembre 1922, Gallimard, L’Imaginaire, p. 64-66)). Telle est l’évidence pour nous aujourd’hui. Plus précisément, beaucoup de lecteurs regardent la Princesse de Clèves comme le premier roman historique2, dont Mme de Lafayette invente une formule promise à un long succès : la mise au premier plan de protagonistes fictifs, qui évoluent dans un passé précisément reconstitué, tant du point de vue du décor que des personnages. La Chartreuse de Parme ou le Nom de la rose seraient de ce point de vue les lointains descendants de notre texte. Nous ne remettrons pas en question ici l’exactitude et la précision du contexte dans lequel se déroule l’histoire de La Princesse de Clèves. A coup sûr, Mme de Lafayette est l’une des premières autrices de fiction à respecter aussi scrupuleusement les faits et les événements qu’elle mentionne, pour y entremêler une histoire inventée et des personnages fictifs. Cette rigoureuse exactitude suffit-elle pour autant à inscrire la Princesse dans le genre du roman historique ? Et surtout en quoi la pertinence ou l’impertinence de cette inscription générique importe-t-elle à notre intelligence du texte ? Telle est la question que je souhaiterais poser avec vous aujourd’hui.

*

Qu’ eût pensé l’auteur de cette double annexion de la Princesse au roman et à l’Histoire ? Le terme de roman, tout d’abord, fait problème : [Diapo 2] Mme de Lafayette le réfute formellement dans une lettre à Joseph-Marie de Lescheraine, secrétaire de Madame Royale à la cour de Savoie: il n’y a “rien de romanesque” dans la Princesse de Clèves, affirme-t-elle. “Aussi n’est-ce pas un roman”, ajoute-t-elle plus nettement encore3. [Diapo 3] Cette dénégation s’explique par le sens technique précis du terme de roman, dans l’esprit d’un lecteur de 1678 : il ne désignait pas n’importe quelle fiction en prose d’une certaine ampleur, mais renvoyait à ces longues histoires qui eurent tant de succès vers le milieu du XVIIe siècle. Ces romans d’aventures obéissaient au même schéma : un protagoniste, valeureux et transi d’amour, bravait l’adversité pour retrouver celle qu’il aimait. Après une dizaine de forts volumes, et bien des batailles, enlèvements par des pirates, déguisements, voyages et péripéties diverses, le récit s’achevait enfin par un mariage heureux. Situés dans un cadre historique antique ou médiéval, ces romans illustraient un idéal d’amour courtois, et véhiculaient encore les valeurs d’un héroïsme épique et chevaleresque issu du monde féodal[Diapo 4]. Les principaux représentants de ce courant étaient La Calprenède, qui composa par exemple une Cléopâtre (1652-1658) et un Faramond ou l’histoire de France (1661) laissé inachevé à sa mort ; et [Diapo 5] Mlle de Scudéry, amie de Mme de Lafayette, autrice en particulier d’Artamène (1649-1653) et de La Clélie (1654-1660). Ces romans étaient composés dans un style très orné, proche du goût “précieux”. Ceux de Mlle de Scudéry en particulier étaient entrecoupés de portraits, de conversations, de questions d’amour échangées dans un contexte mondain et curial donné par la romancière comme le symbole de la plus exquise civilisation des moeurs et comme un lieu d’épanouissement social et de perfection morale. Ces protagonistes intrépides et audacieux à la guerre devenaient face à leur maîtresse les plus galants et les plus respectueux des amants. Le succès de ces romans d’aventures fut tel que Mme de Sévigné elle-même s’abandonna à suivre ces valeureux héros dans leurs péripéties:

Je ne laisse pas de m’y prendre [au style de La Calprenède] comme à de la glu : la beauté des sentiments, la violence des passions, la grandeur des événements et le succès miraculeux de leurs redoutables épées, tout cela m’entraîne comme une petite fille.4.

Si Mme de Lafayette réfute les termes de roman et de romanesque, c’est que La Princesse de Clèves  prend à tous égards le contre-pied des oeuvres de La Calprenède ou Scudéry. On chercherait en vain ici ces généreux guerriers positifs, amoureux toujours fidèles et bretteurs impénitents, ces Brutus, ces Oroondate, ou ces Artamène qui faisaient les délices des lecteurs dans les années 1650. Chez Mme de Lafayette, le clinquant de la cour et le brillant aristocratique masquent des haines tenaces et mortelles, le mariage n’est pas un dénouement heureux, et les passions avilissent tous ceux qu’elles touchent. La cour cesse d’être un lieu d’accomplissement pour devenir un piège redoutable. Surtout, dans La Princesse de Clèves, le rêve chevaleresque est miné par une conception pessimiste de l’homme, jouet de passions “insurmontables”. Dans un paysage romanesque marqué au moins depuis L’Astrée par une vision idéalisante de l’amour, La Princesse détonne : le sentiment amoureux est traité à rebours des lois qui prévalent habituellement dans ce genre. Pour la première fois depuis bien longtemps, une romancière se risque à mettre une passion trouble dans le coeur d’une femme mariée. S’il serait exagéré de dire qu’on n’avait plus vu une telle situation depuis Tristan et Iseut, il n’en est pas moins vrai qu’aucun des grands romanciers du début du XVIIe siècle n’aurait osé imaginer une héroïne principale rêvant d’adultère, et l’avouant à son mari dans tous les déchirements d’une conscience aussi scrupuleuse qu’exacerbée. Contrairement encore aux romans des années 1650, La Princesse de Clèves ne se termine pas par le mariage heureux de deux jeunes gens parés de toutes les vertus, patients, fidèles et exemplaires en tout point : les épousailles se déroulent dès le début du livre, et l’histoire d’amour ne débute que quelques temps après les noces ; au dénouement, alors même que tous les obstacles sont levés (“il n’y a pas d’obstacles”, p. 232), Mme de Clèves se refuse à celui qu’elle aime et qui l’aime : on ne saurait imaginer un final plus déceptif, et surtout plus contraire aux habitudes et conventions romanesques du temps ; il suffit de lire les dernières lignes du Grand Cyrus pour s’en persuader. [Diapo 7]:

Ainsi on peut assurer, que depuis que la Fortune et l’Amour ont fait des hommes heureux, ils n’en ont jamais fait de plus heureux que Cyrus le fut, depuis le jour qu’il monta sur un trône si élevé, qu’il n’y en avait point d’autre en toute la Terre qui ne fût beaucoup au-dessous.

[Diapo 8] De fait, dès l’époque de la publication, les lecteurs ont préféré au mot de roman celui de “nouvelle”: Fontenelle parle ainsi de “nouvelle galante” dans sa Lettre sur la princesse de Clèves.5. Les spécialistes ont souvent repris le mot à leur compte : Françoise Gevrey parle de “nouvelle historique”6, Alain Viala de “nouvelle galante”, voire de “nouvelle historique et galante”.7.

Furetière nous définit le terme de “nouvelle” ainsi : “histoire agréable et intriguée, ou conte plaisant un peu étendu, qu’elle soit feinte ou véritable”. Il donne les exemples de Cervantès, Boccace, Scarron ou de la reine de Navarre. On voit que le lexicographe ne paraît pas d’abord songer aux histoires galantes de son époque, mais plutôt à la tradition des nouvelles facétieuses, réalistes et romanesques illustrées dans ces trois domaines nationaux français, espagnol et italien. Le terme n’est pas neutre : il invite à rapprocher La Princesse de Clèves de la forme illustrée en 1672 par Saint-Réal, qui, le premier, emploie les termes de “nouvelle historique”, en sous-titre de son Don Carlos. La formule “nouvelle historique” appliquée au texte de Mme de Lafayette engage un programme de réception : le lecteur y est invité à goûter, comme chez son prédécesseur, le sérieux de la documentation historique, l’ambition de servir au rétablissement de la vérité, l’attention portée aux passions considérées comme les vrais moteurs des actions des Grands. De fait, la Princesse de Clèves présente des points communs indubitables avec le Don Carlos : dès la première page (p. 46) et à plusieurs reprises par la suite, la romancière évoque Elisabeth de France, qui n’est autre que la malheureuse héroïne de Saint-Réal ; son désastreux mariage est relaté à la troisième partie (p. 172). Si la mention de cette princesse sert à fournir un décor historique au récit, le lecteur de 1678 ne pouvait manquer d’y entendre un écho de la nouvelle historique de Saint-Réal. On dit même que c’est la lecture du Don Carlos qui aurait décidé Mme de Lafayette à composer la Princesse de Clèves.

Il n’en reste pas moins que Mme de Lafayette n’emploie pas elle-même le terme de nouvelle, auquel elle en préfère deux autres. Le premier, très vague, est celui “d’histoire”, qui apparaît dans un avertissement de l’éditeur – on sait que ces paratextes sont étroitement contrôlés par l’auteur, quand ce dernier ne les écrit pas lui-même. Le mot “histoire” est ambigu, dans une langue qui ne distingue pas, contrairement à l’anglais, les sens de story et d’history. L’avis au lecteur joue de cette plurivocité, puisque l’histoire de Mme de Clèves est à la fois fictionnelle et véridique. Mais les mailles de ses acceptions sont trop lâches pour que mot puisse vraiment nous aider à saisir précisément les enjeux génériques de notre ouvrage.

[Diapo 9] Dans la lettre à Lescheraine, ce n’est pas de la “nouvelle” dont Mme de Lafayette rapproche son texte, et elle n’en parle pas non plus comme d’une histoire ; elle use d’un autre genre, plus inattendu pour nous : celui des Mémoires. Elle nous confie même que c’était le titre qu’elle avait choisi, et que l’éditeur lui a substitué celui que nous connaissons : “C’est proprement des Mémoires et c’était, à ce que l’on m’a dit, le titre du livre, mais on l’a changé”8.

Les confidences de Mme de Lafayette sont trop rares pour n’être pas reçues avec beaucoup d’égards. Furetière définit ainsi le terme de mémoire employé au pluriel : [Diapo 10]

Se dit des livres d’historiens, écrits par ceux qui ont eu part aux affaires ou qui en ont été témoins oculaires, ou qui contiennent leur vie ou leurs principales actions : ce qui répond à ce que les Latins appelaient commentaires. Ainsi on dit les Mémoires de Sully, de Villeroy, du cardinal de Richelieu […]. Cet historien avait de bons, de méchants Mémoires.

Les Mémoires sont définis comme des récits fidèles laissés par des témoins dont la vie a été remarquable, et destinés à être recueillis comme des sources par les historiens. La distinction, formulée par le Grand Robert, entre Mémoires historiques et Mémoires autobiographiques, est déjà en germe dans la définition de Furetière (“qui contiennent la vie ou leurs principales actions”).

La démarcation introduite par le lexicographe se fait l’écho d’une distinction traditionnelle entre Histoire et Mémoires. Ces deux genres, certes, ont en commun de proposer des récits véridiques du passé, mais leur approche est au mieux complémentaire, au pire antithétique. Furetière, qui se contente de reprendre la typologie répandue, réduit l’art mémorialiste au rang de simple science ancillaire de l’Histoire. Seule cette dernière relève du champ de la rhétorique et, dirions-nous, de la littérature. L’oeuvre de Tite-Live en fournit un excellent exemple antique. Le XVIIe siècle n’avait pas l’impression que son époque ait produit un nouveau Tacite ou un nouveau Thucydide. Malgré tout, on trouve d’imposants ouvrages historiques publiés au fil du siècle. [Diapo 11] Après Scipion Dupleix, l’historiographe Mézeray avait donné une Histoire de France sur laquelle Mme de Lafayette s’est beaucoup appuyée9. L’Historien produit un récit achevé, donnant un point de vue surplombant sur la période qu’il traite, marquant l’enchaînement des causes et des effets ; il enrichit son discours d’embellissements, figures, ornements, harangues inventées à plaisir, ainsi que le reconnaît volontiers Mézeray [Diapo 13] ; l’historien émaille enfin son ouvrage de jugements sur les grands hommes, de sentences soulignant le caractère exemplaire des héros, afin que son oeuvre soit non seulement étroitement didactique mais moralement profitable, utile à la formation de tous, et tout particulièrement des princes. Ce genre de l’Histoire générale était pourvu d’une finalité morale : il s’agissait de fournir des portraits avantageux des grands hommes à imiter, et de détourner le lecteur de modeler leur conduite sur les figures condamnables. [Diapo 14] La Porte, valet de chambre du jeune Louis XIV, lisait ainsi à son royal élève l’Histoire de Mézeray “d’un ton de conte”, afin que le jeune souverain se promette “de ressembler aux plus  généreux de ses ancêtres, se mettant fort en colère lorsqu’on lui disait qu’il serait un second Louis Fainéant”10. Les Mémoires, dans la hiérarchie des genres, ne jouissent pas du même prestige : ils pouvaient n’être que de simples notes, mal rédigées, prises sur le vif ou reconstituées à partir de souvenirs. Ils pouvaient posséder une valeur archivistique : mais ils étaient, en tout cas en théorie, exclus de toute dignité littéraire et dépourvus de cette dimension éthique attachée  à l’histoire.

Au XVIIe siècle, l’expression “Mémoires” recouvre des pratiques assez variées. Le genre est à la mode : de nombreux aristocrates entreprennent en effet d’écrire des Mémoires relatifs aux événements où ils ont eu part : [Diapo 14] Retz(( Ses Mémoires ont été rédigés entre 1675 et 1677 et publiés en 1717)) est le plus connu, mais il faut citer d’autres noms : [Diapo 15] Mme de Motteville, Mme de La Guette, La Rochefoucauld, ou même des Solitaires de Port-Royal comme Pontis. [Diapo 16] On attribue sans certitude à Mme de Lafayette elle-même des Mémoires de la cour de France dans les années 1689-1690 ; ils relatent les événements politiques qui menèrent au déclenchement de la guerre de Sept Ans (1688-1689).11

[Diapo 17] Les Mémoires, de l’aveu de tous, se distinguent nettement de l’Histoire. Ces deux genres ont certes en commun l’ambition de présenter un récit véridique du passé. Mais les Mémoires nous racontent les faits selon un angle particulier, alors que la grande Histoire officielle nous en brosse un panorama général : Scipion Dupleix (1569-1661), historiographe de Louis XIII, intitule ainsi Histoire générale sa vaste fresque de l’histoire de France12. Le terme Mémoires, employé seul, et même au pluriel, comme dans la lettre de Mme de Lafayette, renvoie d’abord à ces documents qu’un témoin rédige en vue d’une utilisation ultérieure par un historien de profession, qui pouvait, comme dit Furetière, s’appuyer sur de bons ou mauvais “Mémoires”. [Diapo 9] “On a imprimé quantité de Mémoires servant à l’Histoire”, écrit-il de même à l’article Histoire. Ceux qu’on appelle mémorialistes aujourd’hui préféraient parfois d’autres mots pour désigner leurs ouvrages, ou ajoutaient des précisions : le cardinal de Retz, admirateur de Plutarque, avait porté le mot Vie en tête de son manuscrit. Lorsque Charles Perrault, qui fut ministre avant d’être conteur, relate sa carrière et ses disgrâces, il intitule sa relation  Mémoires de ma vie pour indiquer leur orientation autobiographique.

Il est difficile de dresser une typologie de ces textes qu’on appelle Mémoires, dont il n’existe pas de poétique codifiée. On peut tenter toutefois d’établir quelques critères, ou du moins quelques tendances. On peut ainsi opposer les Mémoires plus biographiques, centrés sur la vie d’un grand personnage, qui n’est pas forcément le narrateur lui-même (ainsi la vie d’Henriette d’Angleterre également attribuée à Mme de Lafayette13, des récits plus généraux, dépeignant par exemple la vie de toute une cour. Le second critère susceptible d’être avancé concerne la place que prend la la subjectivité de l’auteur dans son oeuvre. Ainsi, le cardinal de Retz aime à se mettre en scène ; en revanche les Mémoires de la cour de France sont très impersonnels : l’auteur n’y parle presque jamais à la première personne, et apparaît davantage spectateur qu’acteur de l’Histoire. Le mot Mémoires, au XVIIe siècle, n’implique donc pas forcément une dimension autobiographique, et il n’était pas rare qu’on écrivît les Mémoires d’un autre.

Mme de Lafayette, sans avouer La Princesse comme son ouvrage, eût souhaité qu’il portât le titre de Mémoires. Cette dénomination pouvait sembler peu flatteuse, peu littéraire, et peu adaptée à un ouvrage de fiction, et on pourrait penser que l’éditeur fut bien inspiré de le changer. Nous allons nous demander tout d’abord en quoi l’autrice était fondée à revendiquer cette curieuse  appartenance générique, et ensuite, surtout, le sens et les raisons de ce qui nous apparaît comme un étrange caprice au regard de la conception qu’on se faisait alors des Mémoires.

*

Il n’est pas impossible de trouver des traits communs entre l’oeuvre qui nous occupe et le genre des Mémoires. Ceux Mme de Motteville nous en fourniraient l’un des meilleurs exemples. Mme de Motteville fut une confidente de la reine Anne d’Autriche. Elle a laissé des souvenirs qui furent publiés en 1717 sous le titre de Mémoires pour servir à l’histoire d’Anne d’Autriche. Ses Mémoires sont assez impersonnels : l’autrice s’efface derrière la souveraine. Ensuite, son regard est favorable à la protagoniste, dont elle était une amie proche : l’action d’Anne d’Autriche pendant la Fronde avait été décriée par ses opposants, et il s’agit donc de la défendre. Les Mémoires sont en effet souvent animés par le projet de justifier le héros principal du récit, et recherchent l’assentiment du lecteur. Cette dimension apologétique éclaire la perspective prise par la narratrice de La Princesse de Clèves : comme les Mémoires de Mme de Motteville, notre ouvrage obéit à certaines exigences essentielles de ce qu’on peut appeler le pacte mémorialiste : [Diapo 18] vérité factuelle, sincérité (la narratrice ne nous cache ni les fautes ni les errements de l’héroïne), mais aussi sympathie à l’égard de sa protagoniste. Elle attend la bienveillance d’un lecteur censé partager le regard favorable qu’elle porte sur la princesse, qui “laissa des exemples de vertu inimitable” (p. 239). Enfin, du point de vue de la forme même de l’ouvrage, Mme de Motteville, comme Mme de Lafayette dans La Princesse de Clèves, commence par nous dresser l’état général du royaume au seuil du règne de Louis XIII, avant d’y introduire sa protagoniste.

De façon plus générale, et sans nous cantonner au seul exemple de Mme de Motteville, la Princesse de Clèves s’apparente encore au genre des Mémoires par plusieurs traits. Les Mémoires, tout d’abord sont riches en anecdotes : [Diapo 19] “ce qui fait rechercher les Mémoires… ce sont les anecdotes qu’ils contiennent”, estime Lenglet-Dufresnoy dans sa Méthode pour étudier l’Histoire14. Or, la narratrice de la Princesse de Clèves, si elle nous raconte une page d’Histoire de France, nous relate surtout la chronique scandaleuse des petits faits croustillants, intrigues de coeur, trahisons, mensonges et jalousies. Ce sont les détails qui l’arrêtent, et non les grands desseins : le sort de Naples et des armées de Brissac l’intéresse moins que la bague de Mme de Valentinois qu’il aurait emportée avec lui (p. 96). Mme de Lafayette adopte bien le point de vue étroit et particulier du mémorialiste, non la hauteur de vue de l’Historien capable de jugements d’ensemble. La science historique de la romancière se fonde certes sur une documentation précise, rendue possible par la publication d’importants travaux touchant au règne de « Henri Second » : [diapo 20] en 1657, Baudoin avait traduit l’Histoire des guerres civiles en France de Davila, en 1665-1666 étaient publiés les Mémoires de Brantôme, et en 1668, Mézeray faisait éditer un Abrégé de son Histoire de France, ouvrages sérieux dans lesquels, parmi d’autres, Mme de Lafayette a largement puisé. Mais si Mme de Lafayette n’ignore pas les faits marquants de la fin du règne de Henri II et du début de celui de son fils François, nous n’entendons qu’un écho assourdi de ces événements, tels qu’ils pouvaient parvenir aux oreilles de l’héroïne. Nous retrouvons certes des éléments historiques précis, mais seulement à l’arrière-plan de la narration, comme la rencontre du Camp du Drap d’Or insérée dans le récit d’Anne Boleyn (p. 120), ou la paix de Câteau-Cambrésis (p. 87). Mais ce sont les détails négligés par les historiens qui occupent le devant de la scène, ainsi ces bons mots qui donnent l’impression que la narratrice en a été le témoin : « je n’ai donc point encore de maître » (p. 191), déclare ainsi la duchesse de Valentinois, au moment de l’agonie du roi, ou celui du connétable de Montmorency, selon laquelle de tous les enfants du roi, il n’y a que les naturels qui lui ressemblassent.

[Diapo 21] L’attention portée à l’introspection est un autre point commun notable entre le genre des Mémoires et la Princesse de Clèves. La traduction en français des Confessions de saint Augustin par Arnauld d’Andilly en 1649 a en effet conduit les mémorialistes à étudier les méandres du coeur humain; avant que Mme de Lafayette n’en fasse le principal sujet de son oeuvre, Retz déjà avait tenté de percer les “replis du coeur”. Le louvoyant prélat trouve même à l’occasion des accents dignes de notre vertueuse héroïne:

Je cherche dans les replis de mon cœur le principe qui fait que je trouve une satisfaction plus sensible à vous faire une confession sincère de mes fautes.

[Diapo 22] Parmi les éléments constitutifs du pacte mémorialiste tel que le définit Emmanuel Lesne15 figure aussi la dialectique de la cour et de l’exil (p. 226). Jean Rousset, dans Forme et signification en 1961(( Jean, Rousset, « La Princesse de Clèves », in Forme et signification : essais sur les structures littéraires de Corneille à Claudel, Paris, José Corti, 1961, p. 17-44)), avait mis en lumière la construction en alternance qui présidait à la composition de La Princesse de Clèves : l’héroïne passe des salles de bal à son cabinet, à Coulommiers, à sa retraite parisienne, tantôt exposée à la vue de la cour, incapable de maîtriser les signes de sa passion, tantôt méditant dans la solitude aux conséquences de ses gestes et de ses paroles. Cette construction pourrait bien avoir été inspirée à Madame de Lafayette par la poétique des Mémoires, telle que la repère Emmanuèle Lesne  :

Les Grands adhèrent à une représentation binaire du monde : d’un côté la cour, de l’autre le désert et l’exil. Être hors de la cour, c’est être en exil et dans la solitude. Celle-ci est propice au retour sur soi, à la concentration, au loisir. (p. 226-229)

L’auteur de la Poétique des Mémoires pourrait tout aussi bien décrire par ces lignes le fonctionnement bipolaire de l’ouvrage de Mme de Lafayette, qui donne aussi par là au lecteur l’impression qu’il lit des Mémoires.

[Diapo 23] Philippe Sellier, dans la préface de son édition((Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves, éd. Philippe Sellier, Le Livre de Poche, 1999, p. 27)), explore avec beaucoup de finesse cette hypothèse mémorialiste, et estime assez précisément que la narratrice a vécu à la fin du XVIe et qu’elle nous relate les souvenirs d’une époque où elle a vécu. Cette stimulante supposition rend compte de bien des ambiguïtés de l’œuvre : elle permet par exemple de comprendre pourquoi la première phrase est écrite au passé composé et non, comme aurait préféré Valincour, au plus-que-parfait:

« Les quatre premières lignes m’ont extrêmement surpris. Un homme qui connaît aussi bien la cour d’aujourd’hui, que l’auteur paraît la connaître, peut-il dire que la galanterie et la magnificence n’avaient encore jamais paru en France avec tant d’éclat […]. Sans doute il ne s’est pas souvenu, qu’il vivait sous le règne de Louis XIV. Il a cru être encore au temps du prince, sous lequel s’est passé l’histoire qu’il écrit. Sans cela il ne lui eût pas été difficile de dire, la galanterie et la magnificence n’avaient encore jamais paru en France avec tant d’éclat, etc. Par ce moyen il eût rendu au règne de Henri II toute la justice qu’il s’est cru obligé de lui rendre, et n’aurait point fait d’injure au règne sous lequel nous vivons. »
(( Jean-Baptiste de Valincour, Lettres à madame la marquise *** sur le sujet de La Princesse de Clèves, 1678, in Oeuvres, op. cit., p. 533.))

Le critique sent ce passé composé comme une injure adressée à Louis Le Grand, et aurait souhaité que la romancière fît justice à la cour de son souverain, plus distinguée encore que celle de Henri II. En réalité, l’objection est levée si on considère que la narratrice a vécu au XVIe siècle : le passé composé s’explique aisément si la Princesse de Clèves est donnée comme des Mémoires écrits vers 1590. La supposition de Philippe Sellier présente un autre intérêt : elle permet de rendre compte des archaïsmes qui émaillent de temps à autre le roman, en particulier lors de la convocation du tournoi  :

L’on fit publier par tout le royaume, qu’en la ville de Paris le pas était ouvert au quinzième juin, par Sa Majesté Très Chrétienne, et par les princes Alphonse d’Este, duc de Ferrare, François de Lorraine, duc de Guise, et Jacques de Savoie, duc de Nemours pour être tenu contre tous venants : à commencer le premier combat à cheval en lice, en double pièce, quatre coups de lance et un pour les dames (p. 124).

Cette langue, inusitée dans les années 1670, aussi peu classique que possible, était plus couramment employée un siècle plus tôt, et ne surprend pas sous la plume d’un écrivain composant des Mémoires à l’automne de la Renaissance.

*

Philippe Sellier reconnaît pourtant que la Princesse de Clèves ne saurait se réduire au genre des Mémoires fictifs, et se rattache mieux encore à la nouvelle, voire se rapproche de la tragédie. Mais si cette forme mémorialiste ne saurait suffire à rendre compte du texte, pourquoi Mme de Lafayette tenait-elle à imposer cette grille de lecture? Pourquoi, si on l’avait laissé décider, aurait-elle peut-être intitulé sa nouvelle Mémoires de la cour de France à la fin du règne de Henri II  ? Pourquoi aurait-elle préféré la modestie des Mémoires à la dignité de l’Histoire ?

Le paradoxe n’est qu’apparent. Si l’Histoire continue en théorie de jouir d’un prestige littéraire intact, à l’égal de l’épopée, la discipline n’en traverse pas moins une situation de crise qui s’aggrave vers la fin du XVIIe siècle. Parmi les griefs qu’on lui adresse, le plus grave concerne sa partialité. Cette histoire officielle, écrite par des historiographes de profession dûment appointées par le pouvoir, est en effet par là même suspecte aux yeux de tous ceux qui sont brimés par le régime : ceux-ci reprochent aux historiens de donner dans la propagande, en orientant le récit des faits dans une direction favorable à la politique du roi.

Aussi, à  l’époque de La Princesse de Clèves, l’écriture mémorialiste, loin d’être la servante l’Histoire que nous décrit Furetière, se pose plutôt en rivale. Elle devient un moyen de contester l’image idéalisée de l’absolutisme que donnent les Historiens. [Diapo 24] Ainsi le portrait au vitriol de Mazarin par le cardinal de Retz :

Portrait du cardinal Mazarin (extrait)

Sa naissance était basse, son enfance honteuse. Au sortir du Colisée, il apprit à piper : ce qui lui attira des coups de bâton d’un orfèvre de Rome, appelé Moreto. Il fut capitaine d’infanterie en Valteline ; et Bagni, qui étoit son général, m’a dit qu’il ne passa dans sa guerre, qui ne fut que de trois mois, que pour un escroc. Il eut la nonciature extraordinaire en France, par la faveur du cardinal Antoine, qui ne s’acquérait pas en ce temps-là par de bons moyens […] La pourpre ne l’empêcha pas de demeurer valet sous Richelieu. La reine l’ayant choisi, faute d’autre (ce qui est vrai, quoiqu’on en dise), il parut d’abord l’original de Trivelino principe.

Les aristocrates, écrasés par le pouvoir royal tout au long du siècle, et de plus trahis par les historiens au service de la royauté, tiennent à rétablir la vérité des faits, leur honneur personnel, et la réputation de leur famille. Aussi multiplient-ils les témoignages afin de donner leur propre vision des événements à partir de leur expérience personnelle. Souvent grands seigneurs et familiers du trône, ils n’ont que mépris pour les historiographes, gratte-papiers de basse extraction, rhéteurs bavards et pédants, empressés à confisquer la vérité au profit d’une monarchie embourgeoisée : ce ne sont que des “gazetiers”, déclare Retz, et leurs panégyriques creux émanent de “plumes basses et vénales”. Les Mémoires aristocratiques s’emploient à redresser les torts de ces archivistes mesquins, ces paléographes penchés sur leurs travaux d’érudition et incapables de rendre justice à la vraie grandeur de l’aristocratie. [Diapo 25] Retz affirme la supériorité des Mémoires sur l’Histoire  :

Il y a autant de différence entre un récit que l’on fait sur des Mémoires quoique bons, et une narration de faits que l’on a vus soi-même, qu’il n’y en a entre un portrait sur lequel l’on ne travaille que sur des ouï-dire, et une copie que l’on tire des originaux.

Les Mémoires, selon lui, ont pour but de rectifier ces perspectives trompeuses que tente d’imposer l’historiographie royale. Le mémorialiste s’emploie à légitimer sa conduite, autant qu’à apporter un témoignage sur une époque disparue. Les Mémoires, loin de soutenir l’Histoire, sont bien plutôt une contre-Histoire ; ils viennent révéler un récit clandestin, dissimulé, étouffé par le discours officiel. Dans le milieu mondain que fréquente Mme de Lafayette, peuplé de frondeurs désabusés, l’histoire particulière relatée par les Mémoires est tenue pour plus fiable que l’Histoire générale, biaisée et compromise avec la monarchie. Lorsque Mme de Lafayette invite à mesurer la proximité entre la Princesse de Clèves et les Mémoires, elle suggère la dimension subversive de son texte, qui tend à promouvoir cette vision aristocratique du passé plutôt que le point de vue de l’absolutisme naissant.

Ainsi, Comme dans ces Mémoires d’épée rédigés par des ressortissants de la caste aristocratique, la Princesse de Clèves fait éclater partout le prestige de la noblesse   : les premières pages célèbrent la généalogie prestigieuse, l’élégance, les valeurs d’une caste brillante maîtrisant tous les codes du savoir-vivre et de l’urbanité. Dans les pages de la nouvelle s’exprime la nostalgie d’une époque où la noblesse n’était pas domestiquée et brisée, remplacée aux postes de responsabilité par des ministres issus de la vile bourgeoisie : c’est le dernier roi-chevalier dont la narratrice nous rapporte le trépas en plein tournoi.16.

C’est aussi au plan de la méthode que La Princesse de Clèves rejoint les Mémoires et s’écarte de l’Histoire officielle: alors que l’historien, tout à l’élaboration de sa vaste fresque, néglige les détails et les accidents pour aller à l’essentiel, afin de donner une vision globale de l’époque qu’il cherche à représenter, le mémorialiste au contraire met l’accent sur l’anecdote privée ; non qu’il soit incapable d’ampleur de vue, et réduit par sa myopie à se cantonner aux bagatelles insignifiantes : bien au contraire, ces futilités apparentes sont plus éloquentes et  plus révélatrices de la vérité d’une époque. Seule l’anecdote, fût-elle, scandaleuse, est propre à nous éclairer sur les mobiles des princes et les ressorts des événements. L’historien hésite à pénétrer dans l’alcôve des princes et des rois. [Diapo 26] Pierre Le Moyne, auteur d’un traité De L’Histoire qui date de 1670, estime que le badinage est indigne de l’Historien :

L’Histoire ne demande pas seulement des choses vraies : elle les veut grandes et publiques. Et par là […], elle se rélève au-dessus des Mémoires et des journaux, où il entre du privé et du domestique ; et quelquefois même de la bagatelle et du badinage, que la postérité pourra ignorer sans beaucoup de préjudice.17

Le mémorialiste, prétend au contraire trouver dans la bagatelle et le badinage, dédaignés des historiographes, les vrais et secrets rouages des décisions des princes. Il nous révèle que les grands hommes se gouvernent bien davantage par leurs passions que par leur raison ; parce qu’il côtoie de près les protagonistes et connaît leurs secrets, il nous fait voir que la politique est le fruit des haines, rivalités, amours, jalousies, bien plus que d’une réflexion sereine. Les motivations des grands hommes restent en revanche opaques à l’historien, cantonné à l’examen des chartes et des chroniques. L’ascendant des Guise sous François II s’explique moins par des considérations politico-religieuses liées à la répression du protestantisme, que par le bon mot de Montmorency sur les enfants du feu roi (p. 194), et par le dépit que causa à la reine-mère la trahison du vidame. La conjuration d’Amboise n’est pas non plus envisagée comme une réponse à la politique pro-catholique des Guise, mais comme l’occasion pour Catherine de perdre son ancien favori (p. 155).

Comme les mémorialistes, et Brantôme en particulier, Mme de Lafayette paraît raffoler de ces anecdotes intimes. Il ne s’agit pas ici de céder avec complaisance aux indiscrétions oiseuses : ce sont ces anecdotes, loin d’être pur badinage, qui nous révèlent les sources et les principes des décisions politiques. C’est bien cet entremêlement inextricable des affaires et des amours qu’elle met en scène : “Il y avait tant d’intérêts et tant de cabales différentes, et les dames y avaient tant de part que l’amour était toujours mêlé aux affaires et les affaires à l’amour.” (p. 59)

Mme de Lafayette, comme le cardinal de Retz, nous montre des rois et des princes aveuglés par la passion comme les autres hommes, incapables de se gouverner selon le bien du royaume, et n’utilisant leur position que pour tenter de satisfaire leurs désirs, leurs passions, ou leurs appétits. Élisabeth d’Angleterre elle-même, grande reine s’il en fût, projette de se marier par amour, et son refroidissement s’explique simplement par son dépit, sans qu’elle s’interroge sur les avantages ou les désavantages que son pays pourrait trouver à cette union : elle se sent simplement “offensée” des retardements de Nemours (p. 106).

L’art des Mémoires entraîne ainsi pour conséquence la disqualification de la grande Histoire, dans laquelle on ne trouve plus de modèles à imiter, mais bien plutôt la représentation au naturel d’une humanité corrompue et pervertie, incapable de se conduire selon la raison et la vertu. L’Histoire officielle exhibait des exempla à imiter : les Mémoires, en révélant les petitesses des princes, démystifie l’univers des grands hommes; rien ne résiste à ce décapage, il ne subsiste rien ni personne qu’on puisse admirer sans nuance. L’approche du passé par l’angle de l’anecdote et de l’histoire particulière est dévastatrice : elle fait voler en éclat la grandeur épique et morale prêtée aux “histoires générales”; elle participe de cette “démolition du héros” qu’analysa jadis Paul Bénichou18

Parmi les manquements de l’Histoire officielle, le moindre n’est pas l’omission du rôle joué par les femmes : cette occultation avait par exemple frappé Saint-Evremond [Diapo 27]:

En quelle cour les femmes n’ont-elles pas eu du crédit, et en quelles intrigues ne sont-elles pas entrées? Que n’a point fait la princesse d’Eboli sous Philippe II, tout prudent et tout politique qu’il était? Les dames n’ont-elles pas retiré Henri Le Grand d’une guerre avantageusement commencée? Et ne lui en faisaient-elles pas entreprendre une incertaine et périlleuse lorsqu’il fut tué, Madame de Chevreuse a remué cent et cent machines dedans et dehors le royaume ?19.

Lenglet Du Fresnoy, quelques décennies plus tard, nous fait part d’une semblable opinion : [Diapo 28]

Mais qu’on lise Mézeray, on le trouvera sec et dur sur cet article [des femmes]. Il traite moins en politique qu’en sévère casuiste ce qui regarde l’intérêt que les femmes prennent dans les affaires publiques.20

Or, les femmes n’occupent pas pourtant une place négligeable dans le cours des événements : quand bien même, à l’exception des reines et des régentes, elles seraient exclues de la plupart des postes de responsabilité, elles jouent un rôle essentiel, par les passions qu’elles inspirent, par le crédit dont elles jouissent, par les rivalités qu’elles provoquent, et enfin par le goût du pouvoir dont elles aiment jouir au même titre que leurs congénères masculins (p. 46). Il n’est pas indifférent que la contre-Histoire mémorialiste soit souvent le fait des femmes –  par exemple Mme de La Guette, épouse de frondeur, – et que Retz accorde toute son attention aux femmes, maîtresses, reines et favorites, à commencer par Mme de Longueville, qui fut à l’initiative de la Fronde des princes. Les Mémoires révèlent, pour reprendre le mot de Frédéric Briot, “le lien entre l’érotique et le politique”21. [Diapo 29] Mme de Motteville déclare s’attacher dans ses Mémoires à dévoiler ce rôle méconnu (fût-il peu à leur honneur) joué par le sexe féminin dans les grands épisodes politiques  :

Les dames sont d’ordinaire les premières causes des plus grands renversements des Etats, et les guerres qui ruinent les royaumes et les empires ne procèdent presque jamais que des effets que produisent leur beauté ou leur malice.

La Princesse de Clèves partage avec les Mémoires du temps cet intérêt pour les femmes, et met de même en lumière la façon dont elles oeuvrent dans l’Histoire. L’histoire d’Anne de Boulen en fournit un bon exemple : en fait, Mme de Lafayette nous raconte l’histoire du schisme de 1534, en expliquant la rupture de Londres avec Rome uniquement par des considérations passionnelles : la brigue et la cupidité de Wolsey, les appétits sensuels de Henri VIII, et surtout l’arrivisme d’Anne Boleyn, qui encourage d’abord la France à soutenir la procédure de divorce en faisant miroiter une alliance avantageuse avec le royaume très-chrétien, avant d’en profiter pour épouser elle-même le souverain anglais.  Tels sont les dessous du schisme anglican qui contribua à déstabiliser l’Europe : l’histoire d’Anne de Boulen (p. 118) nous prouve que ce ne sont pas les idées qui mènent le monde, ni la Providence divine, ni même les calculs intéressés de princes retors et machiavéliens : ce sont les ardeurs égoïstes des Grands qui les conduisent — leur ambition, leurs rivalités, leurs jalousies, leurs amours déréglées. Loin d’agir en vue de leur intérêt bien compris, ils sont aveuglés par leur convoitise, et sacrifient tout à l’accomplissement de leurs fantaisies les plus immédiates, sans se soucier des conséquences. Il n’en va pas autrement en France, où Diane de Poitiers, duchesse de Valentinois, décerne les places et les honneurs, et décide de la politique du pays (p. 50). Toute “générosité”, toute magnanimité leur est refusée, mais aussi cette vraie noirceur que Corneille donne à quelques-uns de ses héros, et qui serait encore le revers dévoyé d’une forme de grandeur.

Le style de la Princesse de Clèves participe également de l’allure mémorialiste que l’autrice souhaite donner à son livre. Alors que l’Histoire relève de l’éloquence, les Mémoires au contraire refusent les effets de manche clinquants et la grandiloquence rhétorique de l’Histoire officielle. Au grand style cicéronien, les Mémoires préfèrent le style moyen de la conversation : la négligence apparaît comme une contrepartie de la sincérité, ainsi que le suggère Retz, qui admet d’emblée le “peu d’art” et le “désordre” de sa narration. C’est par rapport à cette couleur mémorialiste qu’il convient d’interpréter le lyrisme en grisaille et les effets de sourdine caractéristiques de La Princesse de Clèves :  la musique de Mme de Lafayette n’est pas fondée sur les cadences, les clausules, les vers blancs, et tous les artifices du “style nombreux”. À ces bruyantes trompettes poétiques, la romancière préfère des effets plus verlainiens : “Enfin, des années entières s’étant passées, le temps et l’absence ralentirent sa douleur et éteignirent sa passion (p. 238)”. Point de lourds parallélismes, seules quelques discrètes assonances relèvent la continuité d’apparence naturelle des propositions. Ce choix de la simplicité et ce refus des ornements rappellent les choix stylistiques des Mémoires, et s’opposent tant à la pratique des historiens qu’à celle des romanciers.

[Diapo 30] Henri II fait partie de ces mauvais modèles à éviter : Mézeray s’érige en censeur pour nous en tracer le portrait à charge peu reluisant d’un monarque gouverné par ses favoris et par sa maîtresse, dissolu lui-même et donnant l’exemple de la corruption:

“Presque tous les vices qui ruinent les grands Etats, et qui attirent le courroux du Ciel, régnèrent dans cette cour-là ; car on y vit triompher les jeux de hasard, le luxe, l’impudicité, le libertinage, les blasphèmes, et cette curiosité aussi sotte qu’impie, de chercher les secrets de l’avenir par les détestables illusions de l’art magique […] La dissolution de sa cour [était] autorisée par son exemple”.22

Mézeray n’hésite pas à donner à son récit une valeur morale et démonstrative : au panégyrique de François Ier s’oppose, en contrepoint, les blâmes adressés à son fils. La mémorialiste se garde de donner des avis aussi péremptoires ; plus moraliste que juge, elle observe et analyse sans encenser ni fulminer ; évitant les sentences, elle mêle plus habilement l’éloge et le blâme, à la manière des “louanges empoisonnées” dispensés par Mme de Chartres à sa fille (p. 88). La narratrice-mémorialiste nous dépeint la cour avec la même subtilité et la même ambivalence que la mère de l’héroïne : à la fois infiniment périlleuse, certes, mais aussi terriblement séduisante : “Ainsi il y avait une sorte d’agitation sans désordre dans cette cour, qui la rendait très-agréable, mais aussi très-dangereuse” (p. 60). Elle peint avec un inextricable mélange de complaisance et de répugnance ce lieu de plaisirs, de fêtes, d’élégance et d’enchantements. Le mal, sous ses plumes, est paré de tous les artifices de la séduction, dissimulé sous les dehors d’une parfaite maîtrise et d’un exquis raffinement (p. 46). On ne saurait mieux opposer la figure de la mémorialiste, aristocrate distinguée capable de jouir de ces périlleux plaisirs, et l’historien austère, vétilleux, à la morale certes rigoureuse mais somme toute bien fruste.

*

[Diapo 31] La notion de roman historique est employée pour la première fois par Louis Maigron, dans un essai de 1898 intitulé Le Roman historique à l’époque romantique. Le critique construit la catégorie  à partir des oeuvres de Walter Scott, des Chouans et de Notre-Dame de Paris. Il l’applique rétroactivement à des oeuvres antérieures, en particulier plusieurs ouvrages du XVIIe siècle. Parler de “roman historique” à propos de la Princesse de Clèves fausse la perception que nous avons du livre, en la soumettant à une lecture finaliste, et à partir d’une catégorie exogène élaborée plus de deux siècles après la publication de l’oeuvre. La notion de roman historique est ruineuse, car elle revient à plaquer sur l’oeuvre une grille qui ne lui est pas adaptée.  Au regard de la production fictionnelle du milieu du XVIIe siècle, l’ouvrage de Mme de Lafayette n’est évidemment pas un roman ; et il n’est pas davantage un ouvrage d’Histoire, avec tout ce que le genre comporte, au XVIIe siècle, de grandiloquence, d’héroïsation, et d’idéalisation. La piste des Mémoires se révèle bien plus fructueuse. Elle nous révèle que, loin d’écrire un roman historique, Mme de Lafayette se proposait au contraire de saper à la fois deux genres, le roman et l’Histoire ; et que le choix de l’écriture mémorialiste était le plus propre à servir ce projet de double déconstruction.

La forme des Mémoires, en portant leur regard indiscret sur les objets volontairement négligés par l’Histoire générale, met à nu les mobiles passionnels, dépouille les princes de leur grandeur, démasque leur mesquinerie. En prenant comme paradigme les Mémoires, l’autrice, en moraliste, oppose aux mirages de grandeur célébrés par les Histoires générales le constat désabusé d’une déchéance universelle, masquée sous la magnificence et l’éclat.

Mais à travers l’Histoire, c’est aussi le roman des années 1640-1660 que vise Mme de Lafayette en adoptant cette écriture mémorialiste. Les fictions du milieu du siècle, héroïques et épiques, revendiquaient leur lien avec l’Histoire :  [Diapo 32] La Calprenède dans un roman qui démarque le titre de Mézeray, insiste sur le souci de vérité qui l’anime. Les batailles, les hauts faits, fussent-ils quelque peu travestis, venaient nourrir le romanesque en lui inspirant personnages valeureux et prouesses extraordinaires23. Grâce à cette allégeance envers l’Histoire, le roman pouvait hausser ses ambitions jusqu’à prétendre au titre d’épopée en prose, et s’égaler ainsi au plus prestigieux des genres au sein de la hiérarchie littéraire. C’est l’Histoire qui fondait les rêveries chevaleresques et courtoises véhiculées par le roman baroque. Mme de Lafayette ne cherche pas en historienne la vérité supérieure et exemplaire d’un passé relu ou reconstruit dans une perspective édifiante ; elle n’entreprend pas de nous donner à voir ces grands modèles de bravoure et de constance que fournissent tant Plutarque que La Calprenède. Pour peindre la noirceur de l’âme, pour laisser s’exprimer sa vision désenchantée et pessimiste de l’humanité, il lui fallait rompre avec le modèle héroïque qui présidait à l’Histoire, mais aussi au roman. Il lui fallait préférer le paradigme des Mémoires. La Princesse de Clèves, comme beaucoup de nouvelles de la période, est une “Imitation de la matière des Mémoires”: ce sont des “faux Mémoires qui donnent au lecteur l’impression de vérité qu’il éprouve quand il en lit d’authentiques”24

Qu’il eût ou non fourni un titre acceptable à La Princesse de Clèves, et que Mme de Lafayette fût ou non sincère en alléguant la dette de sa nouvelle à l’égard des Mémoires, on en comprend mieux désormais la raison : le genre des Mémoires  fictifs s’accordait avec le projet démystificateur de l’autrice, et correspondait doublement à son intention, tant morale qu’esthétique. Une chose est sûre : La Princesse de Clèves n’est pas un roman historique. C’est un anti-roman, et une contre-Histoire.

 

Bibliographie complémentaire

Madame de Lafayette, Oeuvres complètes, édition C. Esmein, Gallimard, “Bibliothèque de la Pléiade”, 2014.

Frédéric Briot, Usage du monde, Usage de soi. Enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1994.

Emmanuèle Lesne, La poétique des Mémoires (1650-1685), Honoré-Champion, Paris, 1996.

Patrick Dandrey, « Historia in fabula : les noces d’Apollon et de Clio au XVIIe siècle », Les songes de Clio, Fiction et histoire sous l’Ancien Régime, dir. Thierry Belleguic, Eric Van der Schueren, Sabrina Vervacke, Presses de l’Université Laval, Québec, 2006.

Emmanuèle Lesne, « Une critique de l’histoire au XVIIe siècle : les mémorialistes », Les songes de Clio, Fiction et histoire sous l’Ancien Régime, dir. Thierry Belleguic, Eric Van der Schueren, Sabrina Vervacke, Presses de l’Université Laval, Québec, 2006.

Marc Fumaroli, “Les Mémoires au carrefour des genres de prose”, in La Diplomatie de l’esprit,  Paris, Gallimard, 2002, p. 183-215.

Marc Fumaroli, “Les Mémoires, ou l’historiographie royale en procès”, in La Diplomatie de l’esprit, Paris, Gallimard, 2002, p. 217-246.



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2019, 12 janvier). “Ce sont proprement des mémoires”: la Princesse de Clèves entre roman et histoire. Melancholia. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rct5

  1. Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves, illustrations de Christian Lacroix, Paris, Gallimard, coll. Blanche, 2018 []
  2. J. Fabre, L’art de l’analyse dans la Princesse de Clèves, 1945 p. 20 ;  Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves, éd. Jean Mesnard, Imprimerie nationale, p. 22  ; Stéphane Lojkine, « L’invention de la scène de roman : La Princesse de Clèves », Aix-en-Provence, octobre 2008, cours sur la scène de roman, genèse et histoire, en ligne []
  3. Mme de la Fayette, Lettre du 13 avril 1678 à Lescheraine, secrétaire de madame Royale de Nemours-Savoie. []
  4. Lettre à Mme de Grignan, 12 juillet 1671 []
  5. Madame de Lafayette, Oeuvres, éd. Camille Esmein-Sarrazin, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 2014 p. 513 []
  6. Gevrey Françoise, « Lectures à clés de La Princesse de Clèves au XVIIIe siècle », Littératures classiques, 2004/2 (N° 54), p. 191-203 []
  7. Viala Alain, « De Scudéry à Courtilz de Sandras : les nouvelles historiques et galantes », Dix-septième siècle, 2002/2 (n° 215), p. 287-295 []
  8. Loc. cit. []
  9. François Eudes de Mézeray, Histoire de France depuis Faramond, 1643-1646-1651, 3 vol. []
  10. Mémoires de La Porte, extrait reproduit dans Le Grand Siècle en Mémoires, éd. Thierry Sarmant, Perrin, 2011 []
  11. Madame de Lafayette, Oeuvres complètes, éd. Camille Esmein-Sarrazin, Paris, Gallimard, “Bibliothèque de La Pléiade, 2014, p. 1113-1188. []
  12. Histoire générale de France, Paris, Denys Bechet, 3 vol., 1621-1643 []
  13. “Histoire de la mort d’Henriette d’Angleterre, in Oeuvres, op. cit., p. 715-775 []
  14. 1736, II, “des anecdotes” []
  15. Emmanuèle Lesne, La poétique des Mémoires (1650-1685), Honoré-Champion, Paris, 1996 []
  16. Jean Mesnard, “La couleur du passé dans La Princesse de Clèves”, in Création et recréation. Un dialogue entre littérature et histoire. Mélanges offerts à Marie-Odile Sweetser, éd. Claire Gaudiani, Tübingen, Gunter Narr, 1993, p. 43-51 []
  17. Pierre Le Moyne, De l’Histoire, Paris, Thomas Jolly, 1670, p. 79. []
  18. Morales du grand siècle, Gallimard, 1948. []
  19. Charles de Saint-Evremond, Discours sur les historiens français, 1673 []
  20. De l’Usage des romans, 1734. []
  21. Frédéric Briot, Usage du monde, Usage de soi. Enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1994, p. 168 []
  22. Abrégé chronologique… de Charles VIII à … Henri II,  Amsterdam,  1696, p. 722. []
  23. Voir Marie-Gabrielle Lallemand, “La Calprenède et l’épopée, in Epopée et mémoire nationale au XVIIe siècle, éd. Francine Wild, Presses universitaires de Caen, p. 49-60. []
  24. Marc Fumaroli, “Les Mémoires au carrefour des genres de prose”, in La Diplomatie de l’esprit,  Paris, Gallimard, 2002, p. 183-215. []