Le serpent, la spirale et le papillon. Temps et vision tragique dans la première saison de Life is Strange (DontNod, 2015)

Le serpent, la spirale et le papillon. Temps et vision tragique dans la première saison de Life is Strange (DontNod, 2015). Communication prononcée à Rouen, le 8 novembre 2019, lors du colloque Lusor in Fabula.

Diaporama d’accompagnement : 2019 – 08 – 24 – Life Is Strange Rouen – diaporama.

Texte intégral à retrouver prochainement en ligne sur OpenEditions, dans les Cahiers de narratologie (numéro de fin 2020)

Lusor in fabula. Jeux vidéo et nouvelles frontières du récit

Colloque organisé avec le soutien du CÉRÉdI (EA 3229) et de l’ÉRIAC (EA 4705), et en partenariat avec le master « Humanités numériques » de l’université de Rouen-Normandie

Comité organisateur :
Laura Goudet (ÉRIAC, université de Rouen-Normandie),
Tony Gheeraert (CÉRÉdI, université de Rouen-Normandie)

Comité scientifique :
Laura Goudet, Mélanie Lucciano (université de Rouen-Normandie),
Sandra Provini (université de Rouen-Normandie), Tony Gheeraert,
Aymeric Hays-Narbonne (École Émile Cohl, Lyon), Gérard Milhe Poutingon
(université de Rouen-Normandie), Marcello Vitali-Rosati (université de
Montréal)

Informations: www.melancholia.fr/lusorinfabula
Programme à télécharger: Programme-Lusor-in-fabula


Contexte : une querelle vieille de vingt ans

En 1999, Gonzalo Frasca avait provoqué quelque émoi parmi les spécialistes du jeu vidéo, en formalisant un clivage devenu fameux entre “ludologues” et “narratologues”. Un vif débat s’en était suivi, opposant d’une part les tenants de la narration comme constitutive du genre, et d’autre part les partisans de l’interactivité, pour qui scénario et personnages n’étaient que des accrétions superflues et étrangères à l’essence des oeuvres vidéoludiques.

Continuer la lecture de Lusor in fabula. Jeux vidéo et nouvelles frontières du récit

“Nous courons sans souci dans le précipice…” L’augustinisme classique, un “art de vivre par temps de catastrophe” ?

J’ai eu la chance, il y a quelques jours, d’être invité par M. Salah Hannachi et Dominique Martinet à participer aux Journées augustiniennes de Carthage. Le sujet de ces rencontres m’a contraint de sortir de ma zone de confort, et de m’interroger sur la pertinence, aujourd’hui, de la pensée de saint Augustin.
Je me suis donc demandé comment « l’augustinisme classique »  au sens large (celui de Bossuet et de Pascal, mais aussi celui de Montaigne, grand lecteur de La Cité de Dieu) pouvait nous aider à penser les défis de notre présent.

Continuer la lecture de “Nous courons sans souci dans le précipice…” L’augustinisme classique, un “art de vivre par temps de catastrophe” ?